Quel label ou certification RSE choisir pour son entreprise ?

Le but d’une certification ou d’un label RSE est de témoigner de l’engagement d’une entreprise envers la société, autrement dit d’évaluer son impact environnemental et l’efficacité de ses politiques sociales. Il existe de nombreux labels et certifications RSE mais tous n’ont pas le même champ d’actions ni la même légitimité aux yeux du grand public comme des institutions.


Différence entre label et certification


Pour commencer, notons que la labellisation et la certification sont deux choses différentes.

Bien qu’elles soient en théorie cumulables, les PME choisissent généralement l’une ou l’autre de ces alternatives. Quelle différence entre la labellisation et la certification, et laquelle choisir pour son entreprise ?


Un label est délivré sous condition que l’entreprise qui le demande respecte l’ensemble des critères édictés par l’organisme de délivrance. Il prend alors la forme d’un logo qui peut être apposé sur les produits afin de prouver son engagement et sa démarche durable. Le problème de cet outil est qu’il n’est pas encadré par la loi et peut ainsi être délivré par des organismes privés. En Suisse, il existe près de 300 labels distincts, créant une confusion souvent difficile à appréhender par les consommateur·ices. Certaines entreprises ou organisations créent leur propre label, ce qui s’apparente à une pratique de greenwashing. Avant de choisir un label, il est par conséquent important de se renseigner sur sa crédibilité.


A contrario, la certification est quant à elle encadrée par la loi et est ainsi plus fiable que la labellisation. Elle vise à vérifier le respect de normes recommandées (mais non obligatoires) comme certaines normes ISO et ainsi démontrer des engagements qui vont au-delà des normes légales.


Il est donc recommandé d’analyser l’offre pour choisir la certification RSE ou le label le plus adéquat compte tenu de la stratégie de l’entreprise, de sa maturité et des attentes de ses parties prenantes (clients, fournisseurs, investisseurs, collaborateurs etc.).


Le choix d’une certification


Par ailleurs, divers critères sont mis en avant selon le label ou la certification et se basent sur des référentiels reconnus génériques (ISO 26000, ODD par exemple) ou spécifiques (Numérique responsable p.ex.)


La norme ISO 26000, qui est le standard international de référence en matière de RSE, édicte des lignes directrices articulées autour de 7 questions centrales :


- La gouvernance de l’organisation

- Les Droits humains

- Les relations et conditions de travail

- L’environnement

- La loyauté des pratiques

- Les questions relatives aux consommateur·ice·s

- Les communautés et le développement local


ISO 26000 ne pose pas d’exigence et ne se prête par conséquent pas à la certification. En revanche, divers labels et standards se sont construits en référence à cette norme.


Exemples de labels et certifications

  • Bcorp

La certification Bcorp, qui jouit d’une reconnaissance internationale, est destinée aux entités à but lucratif. Elle a été créée afin d’encourager le secteur privé à entreprendre une démarche durabilité. Pour se voir octroyer le label, une entreprise doit commencer par répondre au questionnaire en ligne B impact assessment, qui permet de déterminer si les exigences environnementales, sociétales, de gouvernance et de transparence sont respectés. Si la société obtient une note de minimum 80 points son évaluation est soumise pour vérification à l’organisme B lab. Les frais de certification dépendent de la taille de l’entreprise et peuvent varier de 500 à 50'000 dollars.


Pour plus d’informations : https://www.bcorporation.net/en-us/


  • Ecoentreprise

Ce programme est adapté à tous types d’entreprises (PME, grandes entreprises, communes ou encore association). Il est possible de réaliser de manière autonome un diagnostic en ligne afin d’évaluer les forces et les faiblesses de son entreprise en termes de développement durable, ce qui permet dans un second temps d’établir une stratégie RSE. Cette démarche peut être entreprise sans nécessairement demander la certification. Une « auto-déclaration EcoEntreprise » est possible à condition d’atteindre un score de 60%. La certification « EcoEntreprise excellence », nécessite en revanche un score de 80% et la réalisation d’un audit par un organisme indépendant. Le prix de la certification dépend de la taille de l’entreprise. A titre d’exemple, pour une société avec 20 employé·e·s à temps plein, il faut prévoir environ 2500 francs par an.


Pour plus d’informations : https://ecoentreprise.ch/


  • Ecocert

Ecocert est un organisme certificateur spécialisé dans l’alimentaire, les textiles, les produits ménagers et les cosmétiques. Ecocert s’assure que les organisations s’inscrivent dans une économie durable, en vérifiant que les activités respectent le cahier des charges choisi par l’entreprise. Pour obtenir la certification, il faut faire une demande officielle et signer un contrat, puis un premier audit est effectué. Après la certification, l’entreprise peut utiliser le label Ecocert sur ses produits. Des audits annuels ainsi que des audits imprévus continuent d’être effectués pour s’assurer que la démarche RSE persistent sur le long terme. Le coût varie en fonction de la taille de l’entreprise et du type d’activités effectuées. En moyenne, la labellisation représente 0.5% du prix du produit fini.

Pour plus d’informations : https://www.ecocert.com/fr/home


  • Entreprise citoyenne

Pour obtenir le label suisse Entreprise citoyenne, il faut au préalable avoir été audité et certifié aux normes ISO 9001 (système de management de la qualité), ISO 14001 (système de management environnemental) et répondre à une série de critères découlant de la norme ISO 26000, dont les lignes directrices sont susmentionnées. L’Agence pour la Citoyenneté et la Performance des Organisations (ACPO) et EdelCert & Inspectorat Sàrl sont habilitées par l’association Entreprise Citoyenne pour émettre des certificats en leur nom. Les entreprises souhaitant être labellisées peuvent prendre directement contact avec ces deux organisations. Ce label est particulièrement utilisé dans l’agroalimentaire, la construction, l’ingénierie, la santé, les services et les transports.


Pour plus d’informations : https://www.entreprise-citoyenne.ch/index.php


  • Label Lucie

Lucie est le premier label RSE français. L’agence Lucie a comme vocation d’aider les entreprises responsables à avoir un impact positif sur la planète et à viser un développement durable de leur organisation. L’évaluation pour obtenir le label Lucie est faite par un organisme indépendant : le Bureau Veritas, Baker Tilly STREGO ou RSEVAL. Les résultats de cette première évaluation - devant montrer que l’entreprise suit des objectifs en adéquation avec la norme ISO 26000 - sont ensuite présentés devant le comité de labellisation, constitué d’expert·es RSE bénévoles. Le tarif de la labellisation comprend deux jours de formation à 990 euros, l’évaluation tiers-externe à partir de 6000 euros sur 3 ans (prix calculé en fonction de l’activité et de la taille et du nombre de sites de l’organisation) et la redevance du label, 0,01% du CA (minimum 1'000.- euros et maximum 12'000.-).


Pour plus d’informations : https://www.labellucie.com/


  • Label numérique responsable

Le Label Numérique Responsable a été créé par l’Institut du Numérique Responsable (INR) et est administré par l’agence Lucie. L’INR travaille à répondre aux trois enjeux principaux du numérique responsable, à savoir la réduction de l’empreinte numérique, le rôle du numérique en tant qu’outil pouvant participer à la réduction de l’empreinte (économique, sociale et environnementale) de l’humanité, et en dernier lieu la création d’innovations responsables via le numérique. Ce label, accessible à tous types d’organisations, apporte la preuve qu’une politique du numérique responsable stricte est mise en place. Le processus de labellisation fonctionne de la même manière que pour le label Lucie. La première évaluation est faite par les partenaires de Lucie : SGS et Bureau Veritas. Dans un second temps, un comité de labellisation composé d’expert·es indépendant·es du numérique responsable valide les engagements pris. Le tarif de la redevance est fixé à 500 euros par an si l’entreprise a moins de 50 collaborateur·ices et à 0.01% du chiffre d’affaires si l’entreprise à plus de 50 collaborateur·ices (minimum 1'000.- euros et maximum 6'000.- euros).


Pour plus d’informations : https://label-nr.fr/


Pour les entreprises, il est à présent nécessaire de faire un pas vers l’avenir en développant sa politique RSE et en évaluant son impact. La certification et la labellisation sont des aides précieuses afin d’établir une stratégie d’amélioration de son système, de valoriser et de crédibiliser son image, de veiller au bien-être et à la productivité de ses collaborateur·ices, de faire des économies financières et d’être en adéquation avec les lois, puisque de plus en plus de réglementations exigent des organisations une prise en compte des impacts environnementaux, sociaux et de gouvernance de ses activités.